Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.memoiresdevoyages.com
  • Ce mémoire a été consulté 5049 fois.
  • Ma plus belle rencontre, perdue un soir dans Mexico D.F

    Photo de DestinoBuenosAires Fanny Dumond
    Buenos Aires,  Argentine
     MexicoMexique ) en Avril 2007
    MÉMOIRE DE VOYAGE / publié le 20 Mai 2014

    Plus tard, en voyageant en d'Amérique du sud, je découvrirai qu'au-delà de la langue, mille et une coutumes et traditions se retrouvent chez les uns et les autres, bien au delà des drapeaux et des frontières. La convivialité, la simplicité dans les rapports entre les gens, un sens relatif du temps et des horaires, la vie au jour le jour, l'usage de l'espace public, les places où l'on se retrouve, les rues où l'on discute, mange, boit des jus de fruits, achète tout et n'importe quoi, les marchands ambulants, le doux bordel latino, la Pachamama, le culte des morts, les piments et le coriandre dans la cuisine, l'abrazo, la tactilité entre les gens, la cumbia, les compliments lancés aux filles dans la rue, le machisme, le tutoiement, le sens de la fiesta, la musique et la danse qui coulent dans le sang.

    En 2007, je décidai de revenir en voyage pélerinage à Mexico D.F. Le Mexique m'avait beaucoup manqué pendant toutes ces années. Mon retour en France, l'arrivée et l'adaptation à Paris ne s'étaient pas fait sans heurt et j'avais gardé une nostalgie inépuisable pour le Mexique. Comme un premier amour, il n'avait jamais quitté mon coeur, ni mes pensées, ni mes sens. Aussi lorsque 7 ans plus tard je foulai de nouveau cette terre, j'exultai ! Je retrouvai mes amis tout d'abord, qui avaient la gentillesse de me recevoir chez eux. Puis mes sens se réactivèrent. Je réécoutai ces bruits : la cumbia dans les bus, l'accent mexicain qui m'avait tant manqué, je sentai ces odeurs : les tacos dans la rue et celle de la braise. Je respirai de nouveau cet air sec et pollué et ressentai enfin cette douceur unique, cette température parfaite. Jamais je n'ai retrouvé un tel climat ailleurs, fruit de la latitude et l'altitude particulière de la ville (2.500 m). Je reconnaîtrai toujours l'air de Mexico, même les yeux bandés.

    J'ai souhaité revoir mes anciens élèves, dont bien sûr Ulises et Jolanta. J'avais gardé un mail qui n'était plus valide, mais les années 2000 aidant, Jolanta avait désormais une page internet en tant qu'artiste et il me fut aisé de la retrouver et de la recontacter. Elle me répondit qu'elle vivait toujours dans le même appartement, mais seulement elle et Ulises, le papa était parti. Je parlai avec Jolanta au téléphone, elle me passa quelques secondes Ulises pour le saluer personnellement, nous étions très impatientes de nous revoir. La veille du jour où je devais déjeuner chez eux, je sortis de chez mes amis pour acheter des cigarettes, vers minuit. Une rue, puis une suivante, je finis par me perdre et ne plus retrouver mon chemin. Pas d'affolement, j'étais dans la Condesa, un quartier très animé avec de nombreux restaurants et bars. Je demandai plusieurs fois mon chemin aux gens que je croisais, personne ne savait me répondre; ou sinon m'indiquait n'importe quelle direction (grande spécialité mexicaine que j'avais oubliée :-). Alors j'eus l'idée lumineuse de demander le chemin du métro car de là je savais m'orienter. La personne suivante que j'ai interpellée, un ado qui marchait seul, me répondit que lui aussi s'était perdu et cherchait le métro. On en rit puis on décida de le chercher ensemble. Je l'ai alors observé de plus près. Il avait bien grandi, il faisait presque ma taille, mais son sourire, celui de la photo avec son petit piano, l'avait trahi. Je l'ai trouvé touchant avec sa voix muée. 7 ans étaient passés et il devait donc avoir 14 ans.

    - "Tu t'appelles Ulises n'est-ce pas ? Moi je suis Fanny, ta prof, tu te souviens ? Celle qui doit venir chez toi demain." Silence... Il me regarda sans rien dire, ni lui ni moi ne pouvions le croire ! Il finit par me sourire, puis je lui ai donné mon premier abrazo.
    - "Qu'est ce que tu fais ici à cette heure-là ? Ce n'est pas ton quartier par ici !"

    Il m'expliqua qu'il était venu rendre visite à sa petite copine qui habitait par là, puis qu'il s'était perdu et que sa mère allait s'inquiéter. On marcha ensemble jusqu'au métro qu'on finit par retrouver, puis on s'est dit "à demain". Cette nuit-là il me fut impossible de m'endormir, j'étais submergée par l'émotion, j'avais l'impression étrange que Mexico m'avait attendue et que pour mon retour elle m'avait concocté cette surprise, ces retrouvailles improbables avec mon petit Ulises, 7 ans plus tard, les 2 perdus dans une rue de Mexico, à minuit, parmi 25 millions d'habitants.

    Le lendemain j'arrivai chez Jolanta, elle aussi très chamboulée par cette histoire. Ce jour-là, l'abrazo dura très très longtemps avec elle, avec Ulises, puis tous les trois.

  • Commentaires

    Caractères restants :