Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.memoiresdevoyages.com
  • Ce mémoire a été consulté 52483 fois.
  • Le mini Zoo de Falardeau, une expérience unique en son genre

    Photo de inyoureye Jonathan Vallée
    Saguenay,  Canada
     Saint-David-de-FalardeauCanada ) en Février 2013
    MÉMOIRE DE VOYAGE / publié le 7 Juillet 2013

    Situé à une trentaine minute de ville de Saguenay, le Centre d’observation de la Faune de Falardeau s’avère à être un endroit unique en son genre. Monsieur Gagnon et madame Girard y passent leurs journées entières à accueillir les visiteurs en plus d’offrir une nouvelle vie à des animaux blessés.

    Parfois, il ne faut pas aller bien loin de chez soi pour réaliser une expérience hors de l’ordinaire. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un endroit qui n’est qu’à une trentaine de minutes de mon domicile, le mini zoo de Falardeau.

    Le zoo a ouvert ses portes en 2009 aux grands publics. Auparavant, monsieur Gagnon qui en est le propriétaire utilisait ses terres comme refuge pour les animaux. Lui et sa conjointe sont deux passionnés des animaux. Lors de ma visite, monsieur Gagnon nous a indiqué que s’il pouvait, il aimerait sauver tous les animaux de la terre, mais malheureusement, il en est incapable.

    Lors de notre arrivée sur les lieux, monsieur Gagnon, prends bien soin d’accueillir ses visiteurs et plusieurs se rassemblent autour de celui-ci afin d’écouter son discours de bienvenue. Celui-ci explique que son but principal est d’héberger des animaux malades afin de leur éviter la mort. Parfois, il réussit à en soigner plus d’un et à les réinsérer dans leur habitat naturel.

    Ainsi, le site est aménagé à l’aide de plusieurs sentiers. De multiples enclos sont à proximité des visiteurs permettant d’observer plusieurs animaux de très près. Une expérience unique. Des techniciens sont présents tout au long du parcours expliquant l’histoire de chacun des animaux présents dans les enclos. Nous sommes donc en mesure d’en savoir davantage sur chacun d’entre eux.

    Au cours de votre visite, vous serez en mesure d’observer chevreuil, cougars, bisons, alpaga, castor, lions, loup arctique, loup gris, léopard de Sibérie, jaguar noir, macaque japonais, lynx de Sibérie, lynx du Canada, ours noir, tigre de Sibérie, orignaux et j’en passe. Bref, le site compte plusieurs mammifères en provenance d’un peu partout dans le monde, mais compte également des reptiles et des oiseaux.

    Une visite est peu coûteuse, pour un adulte il vous en coûtera environ 12 dollars canadiens.

    Une connaissance à l’époque me racontait qu’un de ses amis qui se trouvait à être le fil de monsieur Gagnon hébergeait un bébé orignal dans sa maison. Celui-ci avait été remis par les agents de la faune à la famille Gagnon, car il était seul et confus sur le bord de la route suite au décès de sa mère étant heurtée par un fardier. J’entendais également des histoires du genre que les membres de cette famille avaient un lien très particulier avec les ours noirs qui détenaient à leur refuge. J’avais peine à croire que cette famille pouvait se chamailler avec des mammifères d’une telle grosseur comme plusieurs le font avec leurs animaux domestiques. C’est alors qu’en 2009 j’ai appris que le zoo ouvrait officiellement ses portes. Le bouche à oreille s’est aussitôt mis en marche pour rendre cet endroit un impératif à visiter dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

    Bien sûr, plusieurs visiteurs ont vécu dès les débuts une visite unique en pouvant voir de très près un bébé tigre de Sibérie. Un collègue de travail m’a raconté avoir joué avec ce gros toutou et avoir constaté l’ampleur de sa force malgré son jeune âge. Celui-ci l’a même pris dans ses bras et avait un protecteur sur son avant-bras pour tester l’ampleur de la mâchoire de ce jeune Tigre. Une expérience unique vous dites?

    Voici le vidéo d'un internaute ayant réalisé l'improbable :


    Auteur : Raynald Simard

    Certains seront contre l’idée de garder des animaux en cage, cependant, dans ce cas-ci, il s’agit d’animaux blessés ou d’animaux qui devaient être euthanasiés. Daniel Gagnon et sa conjointe, Suzie Girard, sont deux défenseurs de la nature et sans eux, plusieurs animaux seraient déjà enterrés six pieds sous terre.

    En conclusion, si vous êtes en visite au Québec dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, un passage s’impose au Centre d’observation de la Faune de Falardeau sans quoi vous passerez à côté de quelque chose d’unique.

  • Commentaires

    Caractères restants :