Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.memoiresdevoyages.com
  • Ce mémoire a été consulté 7567 fois.
  • La vie sous la guerre

    Photo de John64 John Chedid
    Dollard-Des Ormeaux,  Canada
     BeyrouthLiban  AdanaTurquie ) en Juillet 2006
    MÉMOIRE DE VOYAGE / publié le 31 Mai 2013

    La soirée précédant le début du conflit, c`était la Coupe du Monde de Football, disputée entre la France et l'Italie, où Zinedine Zidane effectue son fameux coup de tête, coutant le match à son pays. L'ambiance était festive, tout le monde buvait de l'alcool sans se soucier de leurs préoccupations quotidiennes... Bref, on ne pouvait pas demander un meilleur scénario. Cependant, un conflit politique viendra secouer le portrait du Moyen-Orient, où l'Israël et le Liban vont se déclarer la guerre. La sécurité des civils et des millions de touristes présents dans les deux pays est ainsi compromise.

    Je me souviens devoir me rendre à Baalbek pour visiter les temples romains en bus avec toute ma famille, mais par mesure de sécurité, ma mère a insisté pour que nous annulions le voyage. Peine à y croire, j'ai dû accepter sa décision. Et à ce jour, je ne pourrai jamais assez remercier ma mère pour cela. En effet, j'ai appris le lendemain que le bus que nous devions prendre a été attaqué, avec aucun survivant. Ce moment de choc a fait en sorte que je n'ai pas eu beaucoup de réactions pour les journées suivantes. J'ai ainsi réalisé comment vivre au Canada est un luxe et que le reste du monde peut nous réserver plusieurs mauvaises surprises.

    À bout de patience, mes parents ont pris la décision de signaler notre présence aux autorités canadiennes. Celles-ci nous ont indiqué de nous présenter au port de Beyrouth dans deux semaines pour fuir par bateau. Entre temps, il fallait endurer des nuits sans sommeils, où les avions supersoniques n'arrêtaient pas de circuler au bord de la mer Méditerranée.

    La journée de départ enfin arrivée, le temps de dire au revoir à mes grands-parents, nous avions quitté Byblos pour nous rendre à Beyrouth. Il fallait cependant être en file dehors pendant trois heures, sous le soleil puissant et le thermomètre atteignant les 30 degrés. Rendu midi, la sécurité a retourné les gens toujours en file chez eux, semant la colère des ressortissants étrangers. In extremis, mon petit frère, alors âgé de 6 ans, pleure car il veut en finir avec tout cela. Par pitié, la sécurité a permis à notre famille de passer en dernier.

    Toutefois, il fallait rester dans une salle, le temps que les bateaux soient prêts. En tout, il nous a fallu 24 heures avant de pouvoir quitter. 24 heures avec peu de sommeil et de nourriture, compte-tenu de la situation exceptionnelle. L'heure enfin arrivée, nous nous sommes dirigées dans un bateau-avion (rien de très confortable, puisque durant notre trajet de 12 heures, les gens vomissaient constamment). C'est alors qu'arrivé en Turquie, je me sentais enfin en sécurité. Le voyage tirait à sa fin. Mais nous ne pouvons crier victoire avant d'atterrir à l'aéroport Pierre-Elliott Trudeau.

    Suite à un voyage de 12 heures en bateau, c'est un autre voyage (celle-ci de 8 heures) en autobus pour se rendre à Adana, une ville au sud de la Turquie. En attendant notre transfert à l'aéroport de la ville, tous les Canadiens étaient dans un stade sportif pour prendre une douche et se procurer de la nourriture. Rendu dans l'avion, un vol sans arrêt de 12 heures en direction de Montréal était au menu.

    Enfin, à mon retour à la maison, j'ai pris conscience du monde en paix que nous vivons dedans. Quand même, la plus grosse "violence" qu'il y a ici est la haine des Québécois envers Toronto et Boston pour le hockey!

    Quatre ans plus tard, soit en 2010, j'ai décidé de retourner au Liban pour mes vacances estivales. Malgré la fuite de la guerre, je voulais y retourner, et je n'avais pas peur. Après tout, Marie Curie a déjà dit: "You block your dream when you allow your fear to grow bigger than your faith." J'ai donc pris le risque de me rendre au Liban. Cette fois-ci, il n'y avait aucun conflit et j'ai eu la chance de passer parmi les plus belles semaines de ma vie.

    Lorsque la stabilité politique retournera au Liban, je vous conseille fortement de visiter ce pays si vous êtes tentés par ce que peut offrir la planète au-delà du monde occidental. Après tout, le Liban n'est pas appelé la Suisse du Moyen-Orient pour rien!

  • Commentaires

    Caractères restants :