Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.memoiresdevoyages.com
  • Ce mémoire a été consulté 7110 fois.
  • Surf au Portugal

    Photo de cathvilleneuve Catherine Villeneuve
    Paris,  France
     AljezurPortugal ) en Mai 2012
    PÉRIPLE SPORTIF / publié le 15 Mai 2013

    En dehors de Porto, Lisbonne et des principales stations balnéaires, l'activité qui prime au Portugal est le surf. De mai à septembre, des surfeurs du monde entier s'installent en Algarve pour profiter de l'air salin de l'Atlantique. Accompagnée d'une amie, nous voulions nous éloigner du tourisme dit traditionnel pour un voyage plus sportif dans une région qui permet la pratique du surf. Une semaine, un camp, billets d'avion et d'autobus, nous étions prêtes à débarquer dans ce coin de paradis portuguais qu'est le Vale Figueiras Surfcamp.

    Ma première impression, le tempérament des portuguais est très relax. Ils ne se prennent pas trop la tête concernant les horaires comme nous, pauvres occidentaux. Ça m'apparaît évident lorsqu'on vient me chercher au terminus d'autobus avec plus d'une heure de retard (sous la pluie). Deux blagues sur mon air de boeuf pour détendre l'atmosphère, je prends place dans le Van qui m'amène jusqu'au camp. On est situé au milieu de nulle part, ou pour être plus précis, au beau milieu du parc naturel d'Alentejo. Ici, pas de horde de touristes armés de leur Reflex ou Ipad (sérieusement, pourquoi certaines personnes trimbalent une tablette gigantesque pour prendre en photo leurs vacances?) Les cours sont très physiques à la vitesse d'apprentissage de chacun, corrigeait les posture, nous a appris à bouger avec les vagues (la leçon la plus importante dans mon cas). Ici on ne «dompte» pas les vagues, on les accompagne. L'après-midi est réservé à la pratique des techniques de surf apprises durant la journée. La journée finie, on se détend au bar de la plage avec une bière ou une Capirinhia à discuter ou à débattre de sa performance.

    Vidées de notre énergie tous les soirs, le cuisinier Pedro nous faisait reprendre des forces avec de fameux petits plats portuguais. Je m'attendais à une nourriture de cafétéria mais me suis retrouvée devant des plats délicieux tous les soirs, j'ai Lorsque j'ai demandé à Pedro son secret, il m'avoua être un chef cuisinier de formation. Il a plusieurs années auparavant pas mon estomac qui allait se plaindre de ce choix. L'accueil et la vie quotidienne au Surfcamp furent des points forts du voyage. Sans ressembler aux G.O. qui tentent à tout prix de motiver une troupe de vacanciers ayant peur de l'ennui, toute l'équipe du Surfcamp considérait la clientèle comme des amis en visite, nous invitant à sortir le soir avec eux, à aller danser ou à jammer sur le bord de l'eau.

    Une semaine plus tard, je reviens en ville plus crevée que jamais, avec un bronzage inégal (merci au wetsuit) et juste une envie: y retourner!

  • Commentaires

    Caractères restants :