Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.memoiresdevoyages.com
  • Ce mémoire a été consulté 6603 fois.
  • Arômes et saveurs du Québec sur la route des vins dans les Cantons de l’Est

    Photo de inyoureye Jonathan Vallée
    Saguenay,  Canada
     DunhamCanada ) en Juillet 2015
    MÉMOIRE DE VOYAGE / publié le 6 Juillet 2015

    La route des vins dans la région de l’Estrie se situe à une heure de route de la ville de Montréal. Pour les gens en provenance de l’Est-du-Québec, il faudra emprunter l’autoroute 20 puis emprunter par la suite la route 55 qui va en direction de la ville de Sherbrooke. L’état du Vermont n’est qu’à quelques kilomètres de la plupart des municipalités faisant partie de la route des vins. Fait à noter, la route des vins est connue de plusieurs, mais en même temps méconnue d’autres personnes. Hé oui, il est possible de faire du vin au Québec. Sachez la région de l’Estrie produit 60% de toute la production de vins du Québec et compte plus de 20 vignerons.

    Le cœur de la route des vins se trouve dans la petite municipalité de Dunham. Un petit village de moins de 3500 âmes. Par contre, en période estivale, à compter des vacances de la construction jusqu’aux vendanges qui se terminent en octobre, les hôtels de l’endroit sont très achalandés y compris les rues. De notre côté, nous avons visité la ville de Dunham et ses vignobles au mois de juillet. Un service personnalisé? Certes en raison de notre présence en semaine (jeudi et vendredi). Nous avons grandement apprécié le tout quoique cela ait laissé des traces sur nos finances. Le bon côté du peu d’achalandage vous donne la possibilité d’adresser les bonnes questions en plus d’obtenir des conseils supplémentaires sur bien des trucs. Toutefois, en étant seul à seul avec la personne représentant le vignoble visité, il est difficile de repartir les mains vides.

    Hébergement

    Je me dois de faire un clin d’œil à l’auberge des vignobles qui est située juste au cœur du village de Dunham. Pour un accueil chaleureux chez Guy et Chantale, c’est l’endroit idéal. Toutefois, hâtez-vous de réserver d’avance puisque les weekends sont très prisés des visiteurs. Une auberge de style vintage, très propre et d'un accueil hors pair situé à côté d’une microbrasserie et de la route des vins, que demander de mieux? J

     

    Restauration

    Le restaurant la Bodega avec sa super terrasse et une bâtisse antique vous procurera un moment de détente en amoureux ou avec votre famille. De plus, n'hésitez pas à boire une bonne bière Farham ou un bon vin de la région. Le resto sert des tapas qui sont assez copieux merci. Ne faite pas comme nous, ne prenez surtout pas deux tapas en entrée plus la paëlla valencienne car nous n'aurez plus de place pour le désert. Petit bémol, réservez à l'avance car le restaurant est très prisé des locaux et des touristes.

     

    Une visite qui a bien mal commencée…

    Nous sommes arrivés le jeudi en fin d’après-midi, nous nous sommes dit vers 16 heures, pourquoi ne pas allez visiter le vignoble GAGLIANO. Ma copine avait un bon feeling pour cet endroit. Un très gros vignoble dans la région. Quelle déception! En arrivant, nous étions comme des intrus dans le local de dégustation. La propriétaire du vignoble n’a même pas pris la peine de nous saluer. Ses premières paroles furent, « Que voulez-vous? On veut déguster madame, comment ça fonctionne? C’est un dollar du verre. Ok…».

    Bref, nous avons tout de même fait abstraction de cette attitude très désolante et nous avons goûté à quelques produits. C’était correct sans toutefois tomber en amour. C’est certain qu’avec un accueil si froid, il était difficile d’aimer ces produits. C’est là que la madame du vignoble s’est mise à se chicaner avec l’une de ses employés devant nous. Nous avons même pu savoir le montant de sa paye puisque l’argent liquide lui a été remis. Malaise! Nous, en attente de notre prochain verre, attendant que le calme s’installe entre les deux individus. C’était éternel! Nous avons finalement quitté l’endroit soulagé de ne plus être mêlé à ce litige. Fait à noter, nous sommes très heureux de ne pas avoir acheté aucun de ses produits. En visitant les vignobles suivants, nous avons pris que cette dite madame n’était pas très sympathique avec le public. Le vignoble étant beaucoup plus commerciale, les dégustations aux simples visiteurs étant une activité de second plan par en juger de plusieurs. Le bouche-à-oreille étant ce qui est, il est certain que je ne recommanderai à personne de visiter ce vignoble. Notre route des vins était bien mal débutée.

     

    Un coup de cœur pour le vignoble Côtes d’Ardoise

    Nous avons repris le sourire par l’accueil chaleureux des gens travaillant dans ce vignoble. La jeune fille souriante nous a fait une explication très approfondie de ses produits. Nous avions la salive à la bouche pour goûter aux 12 bouteilles de la dégustation. Fait à noter, ce vignoble a été fondé dans les années 1980 par Christian Barthomeuf l’inventeur du cidre de glace. Le français de réputation international avait ce vignoble avant d’effectuer cette nouvelle découverte au début des années 1990. Maintenant la leçon d’histoire faite, passons à la dégustation.

    La jeune fille a débuté la dégustation en nous servant environ 1 once à 2 onces de vins pour chaque bouteille. Des biscuits soda et de l’eau sont en tout temps à notre disposition pour couper le goût. La dégustation passe des vins blancs, aux vins rouges, cidres, vin de glace et cidre de glace. Bref, chaque produit est très recherché au niveau des arômes. Si l’on ajoute à cela les explications de la fabrication effectuée par la guide, cela rehausse le niveau d’intérêt envers les produits. Mention spéciale pour le vin d'été se nommant Monarc, vraiment, une super découverte!

    Au final, après 12 verres, l’alcool commençait à faire un peu effet, mais sans trop d’excès. Pour quelqu’un qui conduit, je ne recommanderais pas de visiter plus de 2 vignobles, sans quoi, il serait risqué d’être arrêté en raison d’un taux d’alcool élevé J De plus, nous avons tellement apprécié, que nous avons acheté quatre bouteilles. Nous sommes restés 1 heure et 30 minutes en compagnie des personnes sur place. Quel service! Un client satisfait en attire d’autres, feu vert pour ce vignoble!

     

     

    Clos Saragnat, un incontournable!

    L’inventeur du cidre de glace, Christian Barthomeuf, vous accueille chez lui (Clos Saragnat) pour vous expliquer son histoire et surtout comment il a effectué son virage biologique. Le français d’origine a décidé de ne plus utiliser les pesticides dans la fabrication de ses produits. D’ailleurs, son vin de paille a été le récipiendaire de plusieurs prix depuis les dernières années. Une bouteille en boutique se vend environ 45$ alors qu’on sait que le même genre de bouteille est vendu des centaines de dollars en Chine et plus de 400$ en Angleterre. Christian nous a confié qu’il exporte maintenant 40% de sa production vers la Chine, mais qu’il conserve le reste pour ses clients qui viennent le visiter. Il s’agit tout de même de l’inventeur du cidre de glace.

     

     

    Lors de cette visite, j’ai appris qu’il est possible de faire de l’agriculture dans utiliser des pesticides. Il faut seulement bâtir un écosystème solide aux alentours des plantations. C’est ce dont monsieur Barthomeuf s’est attardé à nous expliquer lors de cette heureuse rencontre. Comment la pomme peut contenir des pesticides… Comment l’influence du Lobeing des grosses compagnies réussit à cacher plusieurs informations… En passant du crottin de cheval épandu au printemps, aux pommiers laissés à eux-mêmes pendant les quatre premières années et aux oies qui agissent de fournisseur de fumier naturel autour des arbres, des colonies d’abeilles et des arbres plantés que l’homme a recherchés dans la nature pour obtenir les arbres ayant résisté à la plupart des maladies par le passé plutôt que d’opter pour des arbres modifiés génétiquement. Un succès sur toute la ligne!

    Un petit conseil de monsieur Christian, lire le livre dénommé « Shit ». Une autre vision sur l’agriculture qui nous a permis à moi et ma copine de mieux comprendre la notion de biologique. Pas de pesticide dans vos fruits et légumes. Pas d’antibiotique dans votre viande. Pour 10$ la visite, ce fut plus qu’intéressant. Encore là, nous recommandons! N’oubliez pas de partir avec une bouteille de vin de glace!

    Vignoble Clos Ste-Croix

    Nous avons également visité ce vignoble situé sur la rue principale. Encore là, nous avons eu un très bon accueil. Rien à dire! Toutefois, c’est au niveau des produits que nous n’avons pas détestés, mais pas aimés non plus. Nous trouvions que les vins, bien qu’appréciables, ne se démarquaient pas. Pour ma part, mon vin préféré fut le Maréchal Foch. Le reste, c’était OK, mais pas assez pour acheter. Du moins, rendus là, nous avions déjà acheté beaucoup de produits. Pour une prochaine fois, peut-être. Pour une visite, nous recommandons.

    Vignoble l’union libre

    Il faut absolument visiter ce vignoble. Depuis peu, l’union libre a rendu le terme « cidre de feu » légal dans le jargon du monde du vin. On a expliqué qu’au départ, le liquide des pommes gelées était bouilli avec une grosse bouilloire qui servait à l’origine pour le sirop d’érable. Pour maintenir la bouilloire à haute température, on y mettait du charbon. De là la provenance de cette appellation.

     

    Encore là, un accueil sans fautes. Nous avons dégusté six produits d’extrêmes qualités. On nous avait vanté le cidre de feu, nous n’avons pas été déçus. Bien que notre visite fût courte, nous avons apprécié l’endroit. J’ai d’ailleurs acheté une bouteille pour poursuivre ce plaisir plus tard à la maison. Une visite nécessaire à l’union libre.

    Conclusion

    Si vous cherchez une activité en couple ou entre amis qui n’est pas très onéreuse (environ 10$ par personne par endroit), la route des vins saura vous convaincre. Bien sûr, vous devrez vous abstenir d’acheter les différents produits. Néanmoins, pour provoquer un party dans votre bouche en goutant plusieurs arômes, vous serez étonné par la qualité des produits québécois. À vélo ou en auto, qu’attendez-vous pour partir à conquête des Cantons de l’Est?

  • Commentaires

    Caractères restants :